Lusopholie

Lettres, poésie et musique lusophones

péché de sodomie

Classé dans : - époque contemporaine,littérature et culture — 4 avril, 2007 @ 16:30

 

goyaiinquisition.jpg

Goya, scène d’inquisition

- Cela ne vous afflige pas d’être emprisonné pour sodomie ? C’est un des péchés les plus graves, et qui est puni des plus graves peines. Pourtant, l’accusation vous paraît plus légère que ce à quoi vous vous attendiez.
L’homme attendit un instant avant de répondre.
- Une peine grave ? Alors voyez. Excommunication majeure, perte des biens et remise à la justice séculière, ce qui signifie le bûcher. Mon ami, ceci n’est pas une peine grave, c’est l’apocalypse ; rien qui puisse se comparer à la peine pour blasphème, qui est d’être fouetté publiquement et envoyé au galères. Et cependant je vous parais peu soucieux, n’est-ce pas ? Eh bien, ne vous y trompez pas, je reste calme parce qu’il nous est impossible de bouger beaucoup. Mais je vous le dis : il est tout ce qu’il y a de plus improbable qu’ils m’étranglent et qu’ils me rôtissent, et il serait étonnant que les fonds du saint-office voient la couleur de mes deniers.
- Qu’est-ce qui vous donne cette assurance ?

- La vérité, forgeron. Il est certain que je l’ai prise à l’envers, ça… Pourtant, il est également certain que je n’ai pas pu déverser ma semence en elle. Bon sang, elle était serrée comme un crabe, qu’est-ce que vous vouliez qu’il se passe ? Alors, dans ces conditions, ça n’est pas de la sodomie, mais seulement ce qu’on appelle au saint-office de la masturbation.
Il approcha son visage de celui du forgeron et baissa la voix.
- Alors, on ne moleste personne pour masturbation. Un bon frottage, un vigoureux sursaut, oui, personne ne me l’enlèvera, mais quant au reste…
- Et pourquoi êtes-vous si certain qu’elle a révélé cet important détail aux inquisiteurs ?
- Mon ami, je vous l’ai déjà dit. Si elle ne l’avait pas fait elle serait aussi coupable que moi, et alors, mon vieux, je la retrouverais à l’autodafé.
Si par hasard vous pensez qu’il y a dans ma voix de l’exagération en ce qui concerne la gravité de ce péché, et que je le charge plus qu’on le faisait en ce temps-là, observez ce que disaient les ordonnances de monseigneur le roi alphonse, cinquième du nom, dans le chapitre XVII du livre V :
« De tous les péchés il semble bien que le plus honteux, le plus sale et le plus malhonnête soit celui de sodomie, et aucun autre n’est jugé plus grave aux yeux de dieu et du monde que celui-là. Parce que non seulement par lui il est fait offense au créateur, mais on peut de plus dire que toute la création, céleste et humaine, en est grandement offensée. Et simplement lorsque les hommes en parlent sans solennité, le déplaisir divin est si grand que l’air lui-même ne peut le supporter et qu’il devient naturellement corrompu et perd sa vertu naturelle. »
Vous voyez bien. Et ce qui était entendu par sodomie n’était pas seulement ce qu’un homme pouvait faire avec un autre homme, mais aussi ce qu’il pouvait faire avec une femme en la prenant par derrière au lieu de le faire normalement.
Mais, il convient de le dire, l’homme de tavira avait raison d’être confiant, car le péché n’était consommé que si la semence était versée dans le récipient qui pouvait la recevoir. Hors de cela c’était de la masturbation, péché à peine plus que véniel.

Sérgio Luís de Carvalho, As horas de Monsaraz, Campo das letras, 1997

Revenir à la page d’accueil

mesure trafic web

2 commentaires »

  1. saxifrage dit :

    Voilà ce que c’est de vouloir tout visiter , c’est malin…amicalement

  2. lusina dit :

    A part que dans ce cas (mais il faudrait lire le livre entier), c’est tout des mensonges… tu sais, ces types qu’on met dans une cellule pour faire parler les accusés ?

    Amicalement

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ... |
dislui |
sarivoli |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Critica
| Pollution nocturne
| Hem Dolunay Hem Gökkuşağı