Lusopholie

Lettres, poésie et musique lusophones

Ô Discordia

Classé dans : - époque contemporaine,littérature et culture,Poesie — 21 septembre, 2007 @ 17:01

pcheurs.jpg

Pêcheurs, (tissu appliqué d’Evelyne Régnault)

Je l’ai vu se coucher sur la mer paresseuse
Le soleil en clin d’oeil aux ondes sirupeuses
Le vent glacial fouettait l’ocre chaud des falaises
Là-bas au bout du monde en côte portugaise

Je t’ai vu te coucher dès la fin de l’histoire
Tandis que l’or du jour se change en peur du soir
Je t’ai vu te coucher comme un enfant fragile
Qui ne croit plus en rien et baisse ses longs cils

Tout s’endort et s’éteint quand vient la fin des temps
Dans la nuit engourdie décline tout autant
La passion des amants noyée par l’inquiétude

De l’obscurité dense ombrée de solitude
Naît un souvenir flou perdu dans les dédales
D’un monde analphabète et qui perd les pédales.

Marialou, in Duos avec Jocelyn

Revenir à la page d’accueil

2 commentaires »

  1. Maria dit :

    Cocou Lusi, pas de soucis pour l’illustration, mais j’aimerais mieux que tu remettes le titre original… c’est une référence littéraire ! Lol! Rien à voir avec le Portugal ce titre, désolée ;)

    Dernière publication sur poésie émoi : INDEX

  2. lusina dit :

    Voilà c’est fait, je suis allée un peu trop vite, comme d’habitude ! ;-)

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ... |
dislui |
sarivoli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VLADEX
| Si c'est ailleurs ,c'est ici.
| Histoire et fiction amusant...