Lusopholie

Lettres, poésie et musique lusophones

Presque une nature morte

Classé dans : - époque contemporaine,littérature et culture,Poesie — 14 août, 2008 @ 9:21

 

jota.jpg

Peinture de Jota Braz, 2003

Le bras d’un fleuve qui se détache de la berge, les branches
prolongent, dans l’eau, la nostalgie de la terre. La pureté
de la lumière ne traverse pas la surface pour se perdre
dans un fond où l’on ne devine pas (là, où le courant
fait sauter l’écume du centre, personne ne s’aventure
- même si les pierres séparent le cours blanc
des eaux). « Qu’est-ce que c’est ? », demandes-tu. La parabole
capitale de ta vie coupée en deux, comme s’il n’y avait pas
une direction unique qui se poursuit jusqu’à
la fin. « Même pas l’amour ? » Pourtant, le soir amène
le froid, la vision transparente des monts, et même
le chant des oiseaux semble plus net, comme si
aucune autre vibration ne l’influençait. Je respire
avec toi la connaissance de la réalité bien qu’elle
passe par la découverte d’une autre vie, par le contact
entre deux solitudes, ou simplement par une brève
hésitation avant que les lèvres ne se touchent, entraînant
l’un et l’autre à passer sur l’autre rive – la plus abstraite,
celle qui sépare seulement un corps d’un autre corps et,
encore, définit les limites entre la raison et le sentiment.

Nuno Júdice, Teoria geral do sentimento, 1999

Revenir à la page d’accueil
analyse web stats

2 commentaires »

  1. jadelame dit :

    C’est étrange
    voir beau
    je vois un oiseau derrière tout ce blanc
    blanc qui n’est pas vilain
    le calme qui repose tout cela.
    bisous
    jade

    Dernière publication sur jade : Lecture

  2. lusina dit :

    Merci de ta visite, Jade. Ravie que tu aimes ce tableau et ce poème.
    A bientôt!
    lusina

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ... |
dislui |
sarivoli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Wladimir Vostrikov - France
| Critica
| Pollution nocturne