Lusopholie

Lettres, poésie et musique lusophones

L’aveuglement

Classé dans : littérature et culture,vidéos documentaires — 3 mai, 2009 @ 7:34

Image de prévisualisation YouTube

 

Bande-annonce du film « Blindness » du Brésilien Fernando Mereilles, (en compétion à Cannes cette année) d’après le roman Ensaio sobre a cegueiradu Portugais José Saramago, prix Nobel de littérature 1998

C’est l’histoire d’une ville dont les habitants deviennent aveugles les uns après les autres sans savoir pourquoi. Il suffit de regarder un aveugle pour le devenir. L’angoisse. Une seule femme (Julianne Moore) voit toujours mais feint l’aveuglement pour suivre son mari (Mark Ruffalo), jusqu’alors ophtalmologiste, dans un camp où l’on parque les «contaminés» pour éviter que la contagion ne se répande.

 

Image de prévisualisation YouTube

Une scène au moment du tournage

 

Les critiques du film sont mitigées, certaines élogieuses:

« Le festival s’ouvre ce soir avec le nouveau film de Fernando Mereilles, Blindness, bouleversant. Une première surprise profonde et poignante. Le cinéaste réussit au travers d’une mise en scène aux contours tranchants à tenir, sans jamais déraper, un récit qui aurait très vite pu être emporté par de poussifs clichés. Avec une violence portée par une forme de lyrisme, il dresse un terrible portrait de la nature humaine, une nature que chacun feint d’ignorer, les aveugles n’étant pas forcément toujours ceux qu’on croit, une nature que le cinéaste transcende en l’ouvrant sur un espoir lumineux. Un film bouleversant et spectaculaire qui dépasse donc nos attentes, la compétition s’annonce rude si tous les films s’inscrivent dans cette lignée. «  (Sophie Wittmer et Kevin Dutot )
Voir ici

« Ainsi, à travers cette parabole réaliste sur l’égoïsme de l’Humanité, Meirelles nous assène à la fois un camouflet « moral » (sans pour autant donner de leçon) et un uppercut visuel. On pourrait d’ailleurs presque n’apprécier le film que pour l’excellente construction des plans, le travail d’orfèvre de mises en scène et en images et l’attention allouée à la bande son (capitale). Mais Fernando Mereilles est aussi et surtout un foutu conteur et la fable qu’il nous déroule remue des questions qui font du bien parce qu’elles peuvent faire mal. » (Eléonore Guerra, Cannes, le 14 Mai 2008)
Voir ici

… d’autres plus réservées.

Une bonne occasion de lire ou relire le roman, L’aveuglement, et sa suite, La lucidité (traductions de Geneviève Leibrich, éditons du Seuil)

Revenir à la page d’accueil

 

8 commentaires »

  1. r0udy dit :

    Un des films de ce festival que j’attends de pied ferme dans les salles, avec L’échange d’Eastwood, Vicky Cristina Barcelona d’Allen et Valse avec Bashir de je sais plus qui. Je trouve la thématique particulièrement intéressante dans l’Aveuglement, et Moore est une de ces actrices dont le regard est plus expressif que les paroles.

    En tout cas bravo pour ton blog et ses perles oubliées ou découvertes de littérature, je repasserai.

  2. lusina dit :

    Merci de ta visite ! Comme j’ai adoré le bouquin (mais quelle angoisse !) dont est tiré le scénario, je veux voir le film pour comparer. Et puis, il est plaisant de savoir que Brésiliens et Portugais s’associent pour faire un film qui arrive jusqu’à Cannes.
    Moi aussi, je repasserai chez toi.

    A bientôt

  3. annamae dit :

    J’ai moi aussi lu le livre (que j’ai adoré) et j’attends impatiemment le film… et cela va être long.. très long!! :)

  4. lusina dit :

    Sortie prévue en octobre, je crois.
    Merci de ta visite !

  5. Fati dit :

    Coucou Lusina
    Même si ce film est très violent, j’ai beaucoup aimé, jusqu’ou l’aveuglement, peut-il conduire l’homme et l’humanité??

  6. lusina dit :

    Coucou Fati,

    J’ai lu le livre, mais je n’ai pas vu le film encore… Par contre j’ai entendu une interview de Saramago au moment de la sortie au Portugal. C’était très intéressant. Dommage, je n’ai pas enregistré !

  7. Fati dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=Y1hzDzAvJOY
    Réaction de José Saramago aprés la projection du film

  8. lusina dit :

    Merci, Fati ! Je l’avais vue aussi, très émouvant…

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ... |
dislui |
sarivoli |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Critica
| Pollution nocturne
| Hem Dolunay Hem Gökkuşağı