Lusopholie

Lettres, poésie et musique lusophones

Soir de Noël

Classé dans : - époque contemporaine,littérature et culture — 24 décembre, 2010 @ 8:10

 


Soir de Noël dans - époque contemporaine dimite10

Photographie Dimíter Ánguelov

Il était près de minuit et l’homme était encore assis au comptoir, à boire du brandy. Les tables étaient inoccupées et de moins en moins de gens entraient. Seuls s’attardaient ceux qui venaient acheter des gâteaux, du vin et des boites de chocolats qui faisaient plaisir à voir dans leurs jolis emballages. C’était jour de fête.
Donc, le peu de temps où les clients restaient là, l’homme qui buvait du brandy au comptoir, à les voir et à les entendre, sentait une chaleur humaine et, un instant, il avait l’impression qu’il allait les accompagner à la fête.
A présent les entrées d’acheteurs de joie s’espaçaient. Il n’y avait plus de gâteaux des rois. Jusqu’à ce qu’entre une femme, encore jeune, qui acheta deux sandwichs, l’air distrait, ne remarquant rien de ce qui se passait autour d’elle.

L’homme qui buvait du brandy au comptoir pressentit que cette femme pouvait être une compagnie car, comme lui, elle n’avait pas de fête prévue ce soir-là. Il pensa même à lui offrir une des boites colorées pleines de chocolats qui décoraient la vitrine. Mais combien coûte une boite de chocolats, combien coûte, sans joie, en gâteaux et en vins, une fête ?
Il la vit sortir, l’air aussi désemparé qu’en entrant. Finalement, une fête, pensa l’homme, ce n’est qu’une marque de l’un des jours du calendrier, qui n’est pas valable pour tout le monde.
Maintenant, le café était vide. Les garçons baillaient, désireux de s’en aller, et regardaient l’homme qui buvait du brandy au comptoir d’un air réprobateur, comme si c’était de sa faute s’ils étaient encore là.
L’homme sentit que la solitude qui l’encerclait était totale.
La ville lui parut subitement déserte. Seul au monde, pensa-t-il. Le froid le transperça. Ne sachant pas où aller, il mit les mains dans ses poches, se courba un peu contre le vent. Et disparut dans le noir, là, au bout de la rue.

Manuel da Fonseca, Conte de Noël source : Projecto vercial

Revenir à la page d’accueil

6 commentaires »

  1. paschat dit :

    Joyeux Noël et bonne année a toi Lusi..
    Du bonheur ,de la santé, de la joie plein ta vie
    Euuh en passant y a un drole de tit bruit sur ton blog lolll :)

  2. redia dit :

    Bonjour Lusina
    Bravo pour ton « Blog »
    Il n’y a rien de plus beau que de transmettre « son savoir », tu le fais avec « ton coeur » et « merveille », merci.

    (avec un peu de retard). Je te souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année.

    « Lusina » je pense que c’est un choix espagnol ou portugais, tu pourrais en profiter pour faire allusion à la Fée Mélusine », un peu comme toi…

    Amicalement

    Jean-Marie

    Dernière publication sur Messages d'Amitié et de Rêve : Photo Rocamadour

  3. lusina dit :

    Merci, Jean-Marie! Je te souhaite moi aussi de bonnes fêtes.
    A bientôt
    Lusina

  4. lusina dit :

    Et merci á toi Paschat, oui, il y a un bruit… ;-) bonne année à toi. ( Je t’avais répondu sur une autre page…)

  5. Lali dit :

    Teste très émouvant, Lusina.

    Et l’occasion pour moi de te souhaiter de très joyeuses fêtes et des traductions éditées pour 2011!
    Avec des becs de Montréal.

  6. lusina dit :

    Des becs de France, pour une fois… Merci, Lali !

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

rguiegu brahim - ÅíãÇÁÉ æÑÏ... |
dislui |
sarivoli |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Critica
| Pollution nocturne
| Hem Dolunay Hem Gökkuşağı